KOCMOC (cosmos en russe) est une série de travaux questionnant notre rapport à l'espace et la conquète spatiale. 
Projet toujours en cours, KOCMOS fera l'objet d'une publication en 2022.

Onboarding_1_Alexia_Dreschmann.JPG
Onboarding_Alexia_Dreschmann.JPG

On Boarding, 2021-2022
Installations de photogrammes gélatino-argentiques

Il y a 60 ans, Youri Gagarine était le premier homme à découvrir l'espace. Aujourd'hui, l'espace est encore le lieu objet de tous les fantasmes mais aussi de toutes les aberrations. Si les enjeux politiques et de pouvoir sont au cœur des préoccupations, l'impact écologique est en revanche trop absent encore des dialogues internationaux. Cette installation est réalisée avec des photogrammes rappelant le cosmos. La mise en scène rappelle les décors d'un théâtre et joue avec le point de vue du spectateur. Déchirer le papier photographique permet d'apporter une certaine materialité et de désacraliser le support.

20170101_000000_0001(4).JPG
IMG_20210510_200419_051.jpg
2-KOCMOS.JPG
20170101_000000_0001(7).JPG

Carte de voeux de l'année 1960.
Union sovietique

Kessler, 2021-2022

Photomontage numérique d'après photogramme gélatino-argentique, insert adhésif mirroir.

14,8 x 21 cm, Paris.

Edition de 40 exemplaires.

Le syndrôme de Kessler doit son nom à l'astrophysicien Donald J.Kessler. Il a théorisé en 1978 une réaction en chaine dans laquelle il y aurait tant de déchets en orbite autour de la Terre que nous ne pourrions plus envoyer d'engins dans l'espace. Quand la fiction dépasse la réalité.Fin 2021, la Russie effectuait un tir de missile détruisant l'un de ses satéllites. Les déchets créés par cette destruction ont directement menacé les astronautes de l'ISS et alimentés la pollution déjà présente.

carte de voeux insta2.jpg